Genèse d'un kiosque On Mange Quoi

Mis à jour : 28 mai 2019




Alors, déjà, pour commencer, bonjour, ou bonsoir, merci Internet !


Perso, je suis Anthony et je suis le commercial de l’équipe. Je vends, ou plutôt, j’achète.

Seul problème, j’ai pas d’argent. Donc c’est pas simple et je n’ai d’autre choix que d’imaginer de nouvelles solutions pour acheter.

On a lancé OMQ avec mes deux compères en juillet 2016 et depuis lors, j’ai cherché un kiosque automatisé. Car bon, c’est bien cool notre idée mais sans kiosque, elle n’existe plus.


Petit rappel et mise en contexte de la genèse de l’idée:

“-Clarisse : ah ouais!!! Ca serait trop cool qu’on ait un grand kiosque automatisé !!! On met tout plein de bons produits dedans et on fait ses courses très rapidement !!! Antho, tu t’en occupes?

-Moi : euh… je suppose que j’ai pas trop le choix. :)”

Merci Clarisse.


Avant de vous expliquer nos péripéties, un peu de vocabulaire. Un kiosque automatisé c’est un distributeur automatique ou une machine distributrice, mais en mieux. Vous voyez la machine qui distribue les cocas? Vous voyez la machine qui distribue des sandwichs? Et bien, notre kiosque c’est la même chose mais en très différent. Oui, cette phrase ne veut rien dire.

En gros, si la machine de coca est Salamèche/Charmander, notre kiosque est Dracaufeu/Charizard. Si vous connaissez pas les Pokémon, faites une recherche sur Google des deux noms et vous comprendrez que l’on a pas affaire à la même bestiole.

Au début on a pensé à des kiosques en mode casier comme peuvent utiliser Amazon ou certaines compagnies de Poste à travers le monde, mais avec des portes transparentes. C’est assez joli, faut le reconnaître, mais bon sang, en termes logistique, c’est vite la pagaille.



On a donc choisi de passer à un modèle de kiosque bien différent…

Le seul (petit) problème du modèle que l’on a sélectionné est son prix….100 000 dollars canadiens. Erf. Double erf. Triple même. Et ainsi de suite.


Nous nous sommes donc remontés les manches et nous avons négocié. Dur. Très dur. Encore plus que dur. Et longtemps : 6 mois. Donc, autant vous dire que lorsque nous avons finalement verrouillé le contrat fin janvier 2017, nous avons émis un léger soupir de soulagement et ouvert avec une allégresse à peine feinte le Champomy.


L’avantage premier de nos kiosques c’est que c’est le leader mondial en la matière qui nous les fabrique. Le second avantage c’est que nous sommes officiellement son ambassadeur de la bouffe au Canada.

Le troisième avantage est que ce kiosque est quand même super stylé. Et puis, vous me direz “mais pourquoi il coûte si cher??”. Et bien parce qu’il possède un nombre de fonctionnalités de la dernière technologie. Il vous parlera, il prendra votre avis, répondra à vos questions, et plein d’autres choses incroyables.


Notre kiosque est un beau bébé, Il peut contenir environ 150 items (plats cuisinés et paniers recettes) !

Vous voulez le voir et le tester? Un peu de patience les z’amis.

On vous le montrera lors de notre lancement officiel.

Et puis, comme ça, ça vous fera une raison supplémentaire de nous suivre.

D’ailleurs, chose importante, on est en train de chercher un petit nom pour notre 1er kiosque. Oui, il est poli, il se présente avant de vous vendre. Si vous avez des idées, n’hésitez pas à nous dire, cela nous fera extrêmement plaisir.


Anthony, le foodie pragmatique.


#food #foodtech